1. Préambule

1.1 Objet du guide

Le guide d’application BIM Luxembourgeois a été créé pour donner un cadre de référence commun à tous les acteurs du secteur de la construction. Il est en effet essentiel que tout le monde parle le même langage et soit sur le même pied d’égalité quant à la compréhension de ce qu’est le BIM et ce qu’il induit comme changements dans les projets.

Il se décompose en quatre parties majeures:

  • La première partie « Introduction » présente l’objet de ce guide et le contexte de sa conception.
  • La deuxième partie « Le BIM : ce qu’il faut savoir » donne les fondements théoriques importants à connaitre pour une bonne compréhension du BIM.
  • La troisième partie donne les clés pour « Mettre en place un projet BIM » en décrivant les étapes à suivre et par le moyen de modèles de document types (annexes).
  • La quatrième partie fait office de « Conclusion » à ce travail et évoque les perspectives.

Ce document propose donc une approche complète qui décrit les concepts importants à retenir dans un premier temps (voir chapitre 2) et les étapes à suivre pour mener à bien un projet BIM (voir chapitre 3). Il est complété par des annexes qui sont soit des sources d’informations complémentaires, soit des modèles de document (Template) « prêts à l’emploi ».

Il est important de noter que ce corpus documentaire n’a aucune valeur normative et reste un travail
qui vise à « guider sans contraindre ». Il reste d’ailleurs totalement neutre vis-à-vis des solutions
logicielles du marché.

1.2 Contexte d’élaboration et de mise à jour

Le « Guide d’Application BIM Luxembourgeois » et ses annexes sont issus d’un projet qui a fédéré différents eprésentants du secteur de la construction au travers d’un groupe de travail mené par le CRTI-B. Il puise son contenu dans les références et normes du domaine ainsi que dans l’expérience des différents membres de ce groupe de travail.

l se base sur un document élaboré par l’OAI, ce qui a permis à ses membres de se préparer à relever le défi posé par le BIM. Dans ce contexte, l’OAI a pu définir le cadre collaboratif au sein de la maîtrise d’œuvre et les interactions avec la maîtrise d’ouvrage dans un projet BIM. Le BIM étant un sujet vaste touchant tous les acteurs du secteur, l’OAI a cédé ses études au CRTI-B afin que le groupe de travail transsectoriel puisse le compléter de façon concertée entre tous les acteurs du secteur au Luxembourg.

Pour rester dans cette même philosophie de représentativité du plus grand nombre, ce travail est voué à encore évoluer avec le temps, en fonction des avancées du domaine mais surtout des retours du secteur.

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x