3. Mettre en place un projet BIM

3.1 Formalisation des exigences du MO : le « Project BIM Brief » (PBB)

Le « Project BIM Brief » (PBB) décrit les attentes du Maître d’Ouvrage concernant l’organisation d’un projet BIM. Un modèle de PBB est proposé en annexe de ce document. La méthodologie de composition d’un PBB se divise en plusieurs thématiques :

Pourquoi ?

  • Description des objectifs BIM
  • Description des usages du BIM préconisés / exigés

Qui ? Quoi ? Quand ?

  • Définition du contexte organisationnel pré-établi du côté Maîtrise d’Ouvrage (avec une description détaillée des rôles et compétences de chacun)
  • Définition des exigences d’information en fonction des jalons (PIR / AIR / MIDP)
  • Tableau récapitulatif des niveaux GID préconisés par objet et par phase (EIR)
  • Autres exigences particulières par phases

Comment?

  • Définition du contexte technique et des moyens d’échanges préconisés (Logiciels et formats d’échanges, Convention de nommage, Exigences de modélisation…)
  • Définition des ressources disponibles
  • Autres exigences particulières

Définition des objectifs généraux et des usages du BIM préconisés
La maîtrise d’ouvrage définit ses objectifs généraux en matière de BIM selon sa propre organisation (stratégie de gestion, budget, règlements, politiques, etc.). Par exemple, il peut seulement avoir comme objectif l’utilisation du BIM pour l’exploitation de son bâtiment et ne pas se préoccuper de la manière dont seront gérées les phases de conception et de construction de son bâtiment. Il déduit de cette stratégie générale les « usages du BIM » qu’il préconise pour son projet (voir 2.4).

Définition des exigences d’information et des jalons de livraison

A partir des usages qu’elle préconise, la maîtrise d’ouvrage en déduit ses exigences en matière d’information, c’est-à-dire les livrables attendus :

  • pendant la phase de réalisation pour gérer son projet et prendre des décisions (modèles, plans et autres livrables graphiques pour l’appréciation architecturale du projet ; rapports d’études pour l’appréciation des performances du bâtiment ; suivis des plannings ; suivis budgétaires, etc.). On parle alors des exigences d’information du projet (« PIR » pour Project Information Requirement)
  • pendant l’exploitation de son bâtiment pour gérer celui-ci. La définition de ces exigences est amorcée en début de projet car une partie des informations devra être livrée au cours du projet (ex. nomenclatures des espaces, description des espaces, données techniques des équipements, informations concernant les garanties, gammes de maintenance, etc…). On parle alors d’exigences d’information de l’actif (« AIR » pour Asset Information Requirement)

Il convient d’élaborer un ensemble d’exigences d’information pour chaque point de décision au cours du projet, par exemple au terme de chaque phase (APS, APD, etc.) et sur base d’autres jalons intermédiaires. Cela implique de définir un phasage précis du projet. En fonction de ces points de décisions, la maîtrise d’ouvrage définit les jalons de livraison des informations du projet exigées : le « MIDP » (Master Information Delivery Plan). Ces jalons de livraison tiennent compte des délais d’analyse qui seront nécessaires à la MO entre la livraison de l’information et la décision.

A partir des PIR et AIR et conformément au MIDP, la maîtrise d’ouvrage est en mesure de définir le bon « niveau du besoin d’information » (voir 2.5) à chaque jalon et qui en sera en responsable. On appelle cette étape « Exigences en matière d’échanges d’information » (« EIR » pour Exchange Information Requirements).

En complément du modèle de PBB nous mettons à disposition le document « GUIDE BIM LUX _Annexe – EIR & Fiches GID » pour assister cette définition des EIR. Ce fichier contient un premier tableau permettant de choisir le niveau GID par type d’objet modélisé (ex. murs, portes, fenêtres, dalles, etc.)8 et par phase (ou jalon), tout en en précisant le responsable.

Les tableaux qui suivent contiennent les « fiches GID » : elles détaillent les bons niveaux d’information9 géométrique, d’Information non géométrique et de Documentation pour les différents types d’objets et ce aux différentes phases du projet.

Le contenu des fiches GID est un idéal à atteindre, un niveau jugé « suffisant » à des jalons « communs ». Les phases de projet associées à chaque niveau sont des phases de référence : cette association n’est en aucun cas restrictive et pourra varier selon les besoins. Etant donné la variété des projets il est évident que les cas sont appelés à varier : par conséquent les niveaux GID présentés ne représentent ni un minimum absolu à atteindre ni une limite maximum.

Définition de l’information de référence mise à disposition par le MO

L’équipe de Maîtrise d’Ouvrage constitue l’information de référence qu’il mettra à disposition des équipes de conception/construction et à laquelle celles-ci devront se conformer :

  • Les informations relatives au contexte du projet (site et alentours, bâti existant, normes en vigueurs, etc…)
  • Les ressources à utiliser telles que les modèles de document, les structures de maquette, les bibliothèques d’objets BIM, les chartes graphiques, les guides, etc…

Définition de l’environnement de données commun (CDE)

L’équipe de Maîtrise d’Ouvrage prend en charge l’établissement de l’environnement de donnée commun qui sera utilisé pendant toute la durée du projet pour supporter la production collaborative de l’information. Le CDE respecte les grands principes décrits au chapitre précédent (gestion du nommage, gestion des versions, gestion des états, sécurité, etc.).

Définition des règles spécifiques concernant la production et l’échange d’information

La MO devra formaliser précisément les obligations de chacun concernant la production et l’échange d’information : utilisation du CDE, utilisation des ressources partagées, droits de propriété intellectuelle et réutilisation des données après le projet, etc.

Remarques
1/ La répétition des projets des maîtres d’ouvrage peut contribuer à produire un ensemble générique d’exigences qui sera réutilisable sur l’ensemble de leurs projets lors de la rédaction de chaque nouveau PBB. 2/ L’équipe de Maître d’Ouvrage devra trouver un équilibre quant à la précision de ces exigences :
celles-ci devront être assez précises pour pouvoir cadrer le projet tout en n’étant pas trop restrictives
pour le futur travail des équipes de conception / construction.
3/ Une partie du PBB (comme par exemple la définition du CDE) pourrait ne pas être définie par le
MO et laissée sous la responsabilité des futurs contractants (par engagement contractuel). Tout
dépendra de l’implication du Maître d’Ouvrage dans la démarche BIM du projet.

3.2 Formalisation de la proposition par la MOE : le « BIM Execution Plan » (BEP)

Un « BIM Execution Plan » (BEP)10 décrit la manière dont la collaboration au cours d’un projet BIM s’organise, en conformité avec les exigences du maître d’ouvrage (voir 3.1) mais en prenant compte les spécificités du contexte organisationnel et technologique du projet. En d’autres termes, il est une version mise à jour et complétée du PBB sur base de la réponse apportée aux exigences du maître d’ouvrage. Il prend alors une valeur contractuelle et devient le document référence sur lequel chacun pourra s’appuyer à tout moment afin de bien connaitre :

  • Ce qui est attendu de lui
  • Ce qu’il peut attendre des autres

Un modèle de BEP est proposé en annexe : « Modèle de BEP » C’est à la personne qui assure le rôle de BIM Manager (voir 2.2) dans le projet qu’incombe la responsabilité de créer, gérer et diffuser ce document. Il doit être mis à jour au fur et à mesure du déroulement du projet et doit faire l’objet d’un consensus.

Remarque : si l’appel d’offre l’exige, une première version du BEP devra être créée avant la passation de contrat pour la mission de BIM Manager. On parle alors d’un BEP pré-contrat. La proposition du BIM Manager remportant la mission sera ensuite complétée pour devenir le BEP du projet (post-contrat). La méthodologie de composition d’un BEP suit donc les mêmes thématiques que le PBB tout en le complétant par les directives qui seront réellement mises en place lors du projet :

Pourquoi?

  • Description du projet
  • Description des usages du BIM finaux à mettre en place

Qui ? Quoi ? Quand ?

  • Définition du contexte organisationnel complet (avec une description détaillée des rôles et compétences de chacun)
  • Planning récapitulatif des différents jalons et livrables attendus, intégration des livrables intermédiaires (TIDP)
  • Processus de travail et d’échanges en fonction des usages et des jalons
  • Tableau récapitulatif des niveaux GID finaux par objet et par jalon / phase (EIR)

Comment ?

  • Définition du contexte technique et des moyens d’échanges finaux (Logiciels et formats d’échanges, Convention de nommage, Exigences de modélisation, etc.)
  • Autres spécificités à respecter (ex. modalités de checking des maquettes, géoréférencement, taille des modèles, etc.)

Le suivi de ces trois étapes se fait conjointement et de manière itérative jusqu’à la fin du projet. Toute décision doit faire l’objet d’un consensus.

Rappel des objectifs et définition des usages BIM finaux

Les informations générales concernant le projet sont directement issues des informations de références mises à disposition par l’équipe de Maîtrise d’Ouvrage. Il est nécessaire ensuite de préciser les usages qui vont être mis en œuvre. Ici aussi c’est selon les exigences du MO (usages préconisés) que les usages définitifs seront déterminés. Pour chaque usage, il est conseillé de définir un processus de travail et d’échange (workflow) qui décrira précisément dans quel ordre seront effectuées les tâches, par qui et ou seront placé les différents jalons (de vérification, de livraison, etc.).

Définition du contexte organisationnel

Tout organisme impliqué dans le projet doit être connu et identifié. Outre les informations générales (nom, coordonnées, rôle, etc.) il est nécessaire de décrire les logiciels utilisés. Pour chaque organisme identifié, il est nécessaire d’identifier les acteurs (ou groupes d’acteurs) par leurs rôles (dont « BIM Manager », « BIM Coordinator » et « BIM Modeler »), leurs responsabilités et leurs compétences.

Remarque : dans le cas d’un BEP pré-contrat, les équipes décrites sont les équipes remettant offre connues. Ensuite, il s’agit ici de faire état de la situation une fois que les sociétés et personnes sont contractuellement engagées. Cela implique que l’évaluation et la vérification de leurs compétences avant engagement aura déjà été faite. Si des lacunes devaient toutefois évaluées au cours du projet, des dispositions devront être prises (support externe, formation, etc.)

Définition des échanges d’informations en réponse aux exigences du MO

La planification finale des livrables et les échanges d’informations proposés par les équipes de conception/construction doivent tenir comptes des exigences d’échanges d’informations (EIR) du Maître d’Ouvrage. Pour autant, ils peuvent être différents et doivent faire l’objet d’un consensus entre toutes les parties prenantes. Ils dépendront en effet des capacités de chacun (en termes de compétences et de logiciels) à fournir ces informations et ne doivent pas constituer un frein au projet.
Concrètement, il s’agit de « mettre à jour » :

  • Le planning général des livrables (Master Information Delivery Plan) en planning détaillé (« TIDP » pour Task Information Delivery Plan11)
  • Les EIR du Maître d’ouvrage avec les niveaux de détail GID qui seront réellement mis en place aux différents jalons et les bons responsables (cf. annexe « EIR & Fiches GID »)

Définition des moyens (techniques et autres) utilisés en réponse aux exigences du MO

  • Le BIM Manager précise toutes les modalités de livraison de l’information, toujours en conformité avec les exigences du MO, telles que :
  • La convention de nommage des fichiers pour le projet
  • Les formats dans lesquels seront échangés les fichiers entre les intervenants
  • Les règles générales de modélisation (taille maximale, découpage des modèles, classification, géo-référencement du projet, unités de mesures, etc…)
  • Les vérifications qui seront mises en place
  • L’utilisation du CDE

Remarques
1/ Le respect du BEP final (post-contrat) doit faire l’objet d’un engagement contractuel. Aussi il doit faire l’objet d’un consensus entre toutes les parties prenantes qui ne seront donc pas libres à tout moment « d’arrêter » par manque de compétence ou manque de moyens financiers (licences logiciels, formations, etc.).
2/ Le BEP doit être mis à jour à chaque changement concernant les éléments qu’il contient. Il est disponible à tous les collaborateurs via le CDE du projet.

3.3 Suivi du projet


Le « BIM Manager » du projet est responsable du bon respect du BEP. Il est conseillé de tenir des réunions de coordination régulières (qu’elles soient spécifiquement dédiées au BIM ou pas) et de mettre en place un document de suivi qui permettra une supervision du projet par les actions à entreprendre, entre chaque jalon et pour chaque société impliquée.

Nous proposons un modèle de document de suivi en annexe : « Fiche de suivi BIM » Les actions à identifier sont de différentes natures, comme par exemple :

  • Management : pour régler un problème organisationnel ou administratif
  • Rappel d’un livrable à diffuser : à partir de la planification des livrables établie dans le BEP.
  • Information à compléter/fournir : que ce soit une information Géométrique, non géométrique ou de la documentation externe
  • Etc.

En fonction des évaluations, il est recommandé d’annexer à ces fiches de suivi des rapports complémentaires pour :

  • Détailler de manière plus explicite une non-conformité identifiée
  • Proposer une solution formalisée (technique ou organisationnelle) qui soit directement exploitable en cas de blocage mais aussi pérenne pour des cas similaires futurs.

Au terme d’une phase (ou d’un jalon intermédiaire), une évaluation finale est menée sur base des maquettes et des livrables pour que le BIM Manager atteste du respect du BEP et acte le passage à la phase suivante. Le document de suivi est alors clôturé et un nouveau est créé.

3.4 Schéma récapitulatif (workflows)

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x