Objectif et livrables

L’objectif de la phase APD est de finaliser la réponse architecturale afin de la soumettre aux différentes autorisations et à l’approbation du Maitre d’ouvrage. L’équipe de conception fait évoluer les maquettes pour que les différentes vues produites (que ce soit des géométraux 2D ou des vues 3D) représentent la réalité du projet.

  • Les livrables attendus sont les suivants :
  • Plans, coupes et façades (échelle 1 :100) + plans de structure et de réseaux, format pdf
  • Plan de compartimentage au format pdf
  • Vues 3D diverses dans un format exploitable (pdf, jpeg, png…)
  • Simulations
  • Estimation des couts
  • Roombook (espaces conçus)

Processus à mettre en place

A/ Si ce n’est pas déjà fait, l’ingénieur structure modélise le site afin de pouvoir s’affranchir des fonds de plan 2D et d’y intégrer les modifications issues du projet. En cas de création de voierie par exemple (ou de création de cours d’eau), celle-ci pourra être intégrée au modèle afin de générer les plans nécessaires à la demande d’autorisation correspondante (voir phase suivante). Il n’est pas nécessaire d’atteindre un niveau de détail élevé, des dimensions correctes permettront d’obtenir une visualisation suffisamment représentative du projet.

B/ L’architecte ajoute/complète les détails de mise en œuvre du bâtiment tels que :

  • la composition des murs, des dalles, des toitures… y compris les finitions, les trémies, les gaines techniques, la mise en place des menuiseries…
  • le dessin des escaliers, des ascenseurs…
  • le dessin du mobilier

C/ L’ingénieur technique précise la modélisation des différents réseaux notamment par le placement des équipements, le dessin des gaines avec leur bon dimensionnement, le dessin des différents raccords, etc… Dès lors, il ne procède plus par le dessin de schémas de principes mais crée un modèle technique à part entière. La superposition du modèle architectural et du modèle technique permettra d’identifier les éventuels problèmes d’interaction (usage BIM « prévention de conflits ») et de les résoudre.

D/ L’ingénieur structure apporte à sa maquette les détails de mise œuvre relatifs à son étude en vérifiant la compatibilité totale du système structurel avec la proposition architecturale ET la proposition technique, également par superposition des modèles.

E/ Chacun des modèles doit dès lors également :

  • Contenir les informations permettant d’évaluer le projet en termes de performances (informations techniques) et de le gérer (ordre de prix, disponibilité, durée de vie…)
  • Être associé aux documents de référence utiles, notamment des photos et des fiches techniques

F/ En ce qui concerne la sécurité, l’objectif est de produire un plan de principe avec compartimentage (données normalement définies en APS) et positionnement des dispositifs de désenfumage, des sprinklers, des RIA. Ces éléments peuvent être ajoutés :

  • En tant que paramètres de la pièce. L’information doit alors apparaitre sur le plan.
  • En tant qu’objets qui peuvent alors être modélisés et placés de manière approximative et
    associés à des données produites pour leur gestion.

G/ La mise à jour du Roombook intègre dès lors les différentes données attribuées aux espaces et aux ouvrages conçus dans chacune des maquettes. L’enjeu est de pouvoir le comparer à la version produite en phase programmation pour vérifier que les exigences ont bien été respectées. Pour rappel, voici une liste cohérente mais non exhaustive des données qui le composent :

  • Finitions des murs, sols et plafonds
  • Résistance au feu des murs, sols, plafonds
  • Résistance au feu et coupe-fumée des portes
  • Charge admissible de la dalle
  • Hauteur nette de la pièce
  • Températures requises
  • Humidité
  • Ventilation requise
  • Luminosité
  • Nombre de prises électriques, téléphone, data…

H/ Les modèles, dans leur état d’avancement, permettent d’exporter un relevé réaliste des surfaces et des volumes du bâtiment conçu ainsi que des ouvrages, équipements et mobiliers choisis. Sur base de ces informations, des quantitatifs et estimatifs plus précis peuvent être proposés afin d’alimenter le calcul des coûts du projet. Les simulations non effectuées lors de l’APS pour cause de manque d’information peuvent être menées en phase APD du fait de la précision accrue du modèle. Si des paramètres manquent, ils doivent être ajoutés. La précision du modèle permet également la génération de maquettes de présentation plus réalistes.
Les études de rentabilité se basent sur l’exploitation de solutions alternatives qui doivent être gérées avec le même niveau de détail que définit précédemment.

Responsabilité du « BIM Management »

L’information manager vérifie les informations livrées et leur conformité avec le BEP. Il est ainsi garant auprès du MO que les informations demandées sont bien livrées. Le BIM Manager met à jour le BEP pour tout changement décidé au consensus et impliquant une modification du BEP (acteurs, EIR, …). Il dirige les réunions de coordination BIM. Il évalue le processus, donne ses remarques éventuelles et valide les livrables à chaque jalon. Il s’assure ainsi que les informations à livrer seront conformes aux attentes du MO. Les tâches spécifiques qui incombent au BIM Manager dans le cadre de ce suivi sont notamment le « checking » de modèle et la transmission de remarques via BCF. Un enjeu particulier est ici d’anticiper les futurs contrôles lors des procédures d’approbation en mettant en place des « règles de vérification automatique » (ex. vérifier la hauteur de tous les garde-corps) sur les maquettes. Cela permettra de gagner du temps en évitant des procédures d’approbations trop longues en cas d’erreurs.

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x